vendredi 23 novembre 2012

Des chameaux toujours !

Sur le terrain encore pour cette journée de vendredi. Et comme dit Boileau : "hâtez vous lentement et sans perdre courage : vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage !"
Donc nous repartons à l'affût, plus facile car il y a déjà beaucoup moins de photographes sur la place. Ils sont venus en force les deux premiers jours et sont repartis pour la plupart.
Grâce à Claude nous sommes invités dans la famille de Rajuri, des chanteurs musiciens... mais le père est mort et que va devenir la famille quand Rajuri qui va bientôt avoir 18 ans sera mariée et partira dans sa belle-famille ?
la famille se prête cette fois-ci à des séances photo avec plaisir, grâce à l'introduction
de Claude qui les connait depuis des années
la mère et la fille
la grande soeur avec son bébé
le beau sourire de la petite vendeuse de bracelets
à quelques centaines de mètres de la cabane de Rajuri, nous retrouvons nos bergers
avec le plaisir de la beedi (la cigarette indienne du pauvre : noix de bétel, tabac
et condiments enveloppés dans une feuille, qui délivre un maximum de nicotine
et de monoxyde de carbone)
ou le chillum, petite pipe traditionnelle en terre
les grands turbans orange, c'est toujours bien sur les photos !
et de quoi on a l'air quand votre agence vous transforme en panneau publicitaire ?


les femmes continuent d'avoir les mains dans la crotte de chameau mais nous trouvons
que c'est quand même mieux que la bouse de vache, à choisir !
et il faut continuer d'arpenter le terrain pour chercher la matière première...
et pendant ce temps que font les hommes ??
apprentissage pour la "nuit américaine", procédé technique qui permet de faire croire
que le jour est la nuit (voir film de François Truffaut en 1973 du même nom)

2 commentaires:

hugues grasely a dit…

Rajuri a toujours vendu des bracelets de métal, mais peut-elle être présentée comme une "petite vendeuse de bracelet"? Ca fait penser à la petite marchande d'allumettes, - ce qu'elle n'est pas.
Elle est (était) d'abord une chanteuse au talent reconnu de vieilles chansons du Rajasthan en langue marwadi. (Même si elle chante aussi très bien des chansons actuelles en hindi).
Très bonne fin de soirée et merci pour vos photos du campement où elle séjournait parfois, qui, elles, sont très jolies et évocatrices.

bijoliane a dit…

oui, vous avez raison, j'ai même une photo d'elle quand elle était petite et qu'elle chantait avec ses parents !